Marc Riboud / Angkor, sérénité bouddhique


[Marc Riboud] Les visages de pierre me regardent mais les bonzes m’ignorent. Mes appareils en bandoulière dénoncent pourtant l’étranger, le barbare que je suis. En ces lieux livrés à l’abandon, où la solitude m’était familière, apparaît devant moi une vision surprenante : les moines par centaines, des pèlerins par milliers qui donnent pendant trois jours et trois nuits des voix au silence des ruines.

[TAWP] C’est beau, trop beau ?

  • La suite de l’article sur le site de Marc Riboud >

©Marc Riboud
©Marc Riboud
©Marc Riboud
©Marc Riboud
©Marc Riboud

#MarcRiboud

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout