Corpus / Antoine d'Agata


[Jean-Baptiste Del Amo] Les vies de A et de ses personnages sont ces chemins heurtés, chaotiques et funambules, qui ne s’éprouvent qu’au bord du vide. Elles se croisent, s’enlacent et se blessent dans leur exil permanent. Leur sens réside peut-être dans l’errance, l’au-delà de soi, l’au-delà des corps, l’épuisement du désir. Une expérience extrême de la liberté. Il est alors évident que la route, ce non-lieu, à chaque borne tourné vers l’ailleurs, devienne le temps d’un voyage, le théâtre pathétique de la vie. A entre dans la danse, sans autre choix que sa propre dissolution, son propre éclatement, au long de la grande route. Il charrie avec lui des lambeaux de réminiscences, des peurs maladives. De son histoire, comme de la route, ne restent alors que des mots, des images, emportées par le traffic, le grand flux incessant, l’éternelle spirale.


[TAWP] Un homme qui marche pour ne pas tomber. Peut-être son plus beau livre. Magnifique impression en bichromie noir et argent.

  • Le site de André Frère Editions > La galerie Vu > La galerie Les Filles Du Calvaire >

©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata
©Antoine d'Agata

#AntoinedAgata #Vu #LesFillesDuCalvaire #EditionsAndreFrere

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout