Marine Lannier


[Nina Ferrer-Gleize] Photographies de lichens, de mousse, de bois calciné et de brasiers évoquent une nature sauvage et primitive, intemporelle. Les quelques hommes qui surgissent de temps à autres sont des êtres-animaux, des bêtes, au corps épais et à l‘odeur âcre. Ils sont comme des arbres ; de l‘écorce et des racines. Ils sont beaux comme la nature est belle : c‘est-à-dire coriace, indépendante et vibrante.

[TAWP] Territoires, bruts

Découverte dans Fisheye n°37

  • Le site de Marine Lanier >

  • L'article de Yannick Vigouroux >

  • Le livre "Nos feux nous appartiennent" aux Editions Poursuite >

  • L'article de Fabien Ribery >

#RevueFisheye #MarineLannier #YannickVigouroux #FabienRibery

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout